• Choisissez un site
  • FR

04 juillet 2011

4 juillet 2011 : 3ème vol européen Le Bourget-Payerne

Après une semaine très médiatisée où Solar Impulse était la vedette du Salon du Bourget, l’avion solaire a mis le cap sur son aéroport d’attache à Payerne dimanche 3 juillet. Un vol splendide qui a été un succès au terme d’une campagne de vols européens qui a conduit toute l’équipe de Solar Impulse à Bruxelles puis Paris.

5h30 : Le HB-SIA sort de  l’obscurité de son hangar, avec des batteries chargées à 100% puisqu’il a été exposé aux rayons du soleil vendredi afin de compléter le niveau de charge de ses batteries.

7h11 : André Borschberg, aux commandes de l’avion solaire, décolle de l’aéroport de Paris – Le Bourget. La première difficulté est de contourner l’aéroport Charles-de-Gaulle où la densité du trafic peut perturber le Solar Impulse. 

Les conditions météo sont parfaites avec un léger vent d’Est jusqu’à 2000 mètres et du vent d’Ouest en dessous, soufflant à une force négligeable.

14h57 : Le HB-SIA franchit la frontière franco-suisse à une altitude voisine des 3000 mètres. Il entame désormais une descente progressive qui le conduira après divers paliers à l’altitude de 1500 mètres. André Borschberg confie en direct ses impressions : « Oui, c’est une très belle émotion. Je vois déjà le Mt-Blanc depuis un bon moment. Puis toute la chaîne des Alpes est peu à peu apparue, et enfin le Jura, que je survole en ce moment. C’est d’une part très beau, mais c’est aussi et surtout un véritable aboutissement au niveau du projet. »

Raymond Clerc, chef de mission basé à Payerne explique pourquoi le Solar Impulse doit maintenant attendre 19h pour se poser : « L’avion est sensible aux effets thermiques, à cause de sa grande envergure et de son faible poids. Des bulles d’air chaud se forment en dessus des routes, des rails de chemins de fer, des toits des granges ou des villes, mais pas sur l’herbe, les champs, les cours d’eau ou les lacs. Il y a donc des masses d’air ascendantes, irrégulières, parfois très petites mais néanmoins intenses, et qui risquent de déséquilibrer l’avion. »

19h42 : L’avion touche délicatement la piste avant de s’arrêter sous un tonnerre d’applaudissements. Le vol a duré 12 heures et 31 minutes. André Borschberg a à peine le temps de reprendre des forces qu’il est assailli de questions. « Ce vol est l’aboutissement d’une campagne formidable. Je ne réalise pas encore pleinement l’ampleur de ce que nous avons réalisé, mais le nombreux public présent illustre l’intérêt que nous avons suscité.» dit-il.

Bertrand Piccard est bien sûr présent pour accueillir son partenaire et fêter la réussite des vols européens : « L’avion est formidable, et toute l’équipe technique a effectué un travail admirable. Grâce à cela, nous avons pu diffuser notre message et augmenter considérablement la notoriété de notre projet ».

Christophe Béesau, consultant d’Altran et chef de l’équipe simulation, nous livre son point de vue sur la campagne de 2011 : 

« Techniquement, l’avion est proche de la perfection, et l’équipe au sol qui assure les vols est vraiment au point. Ce succès est notamment le résultat de l’excellente préparation de ces trois dernières années, avec les vols virtuels que la simulation d’Altran a permis de réaliser. 

Le Solar Impulse HB-SIA vient de clôturer ses vols internationaux de 2011, ce n’est pas une boucle qui se referme mais bien le début d’un nouveau challenge, celui des futurs vols autour du monde. Ces nouveaux défis seront relevés par le HB-SIB dont la construction est déjà lancée. »

    

Galerie photo de 2012