• Choisissez un site
  • FR

21 - 23 février : vol virtuel

Les 21, 22 et 23 février, Solar Impulse a lancé la saison 2012 avec un vol virtuel de 72 heures organisé depuis Dübendorf (Suisse). Toutes les équipes, et notamment les ingénieurs d’Altran travaillant sur le projet, étaient mobilisées en permanence pendant ces trois jours, afin de reproduire au mieux des conditions de vol réelles. Cette simulation était l’occasion de faire les premiers tests pour le vol autour du monde, prévu en 2015.

Les objectifs principaux du vol étaient d'abord liés aux aspects humains du projet. Le pilote, André Borschberg (CEO et cofondateur de Solar Impulse), a dû supporter trois jours de vol sans escale, durée standard d’une étape du tour du monde, dans un espace très restreint. Le vol virtuel a notamment permis d’évaluer les interactions du pilote dans la configuration actuelle du cockpit. Les problématiques de gestion de la fatigue et de nutrition ont également été abordées.

Cela a également été l’occasion d’acquérir de l’expérience sur le simulateur de mission*, "MISSIM", dans le cadre de futurs plans d’entraînement et de simulations de vols. Christophe Béesau, team leader sur la simulation, et Stéphane Yong sont tous les deux consultants Altran. Ils travaillent, depuis le lancement du projet en 2003, sur la création et l’amélioration du simulateur de mission. 

Ils étaient à leur poste, pendant les 72 heures du vol, pour fournir au reste de l’équipe les meilleures informations de direction de vol. Sandra Oberhollenzer, project manager Altran chez Solar Impulse, était également sur place. Tous trois nous ont fait vivre l’expérience de l’intérieur en nous envoyant régulièrement, tout au long du vol virtuel, des photos, des impressions à chaud et des anecdotes sur le fil Twitter du groupe Altran (@Altran).

* Le simulateur de mission est un outil de routage qui permet de définir le meilleur trajet que l’avion doit emprunter en fonction, notamment, de la météo et du contrôle aérien. Il est situé au MCC (Mission Control Center). Il se différencie du simulateur de vol, qui est, quant à lui, essentiellement composé d’un cockpit et qui permet de tester les différentes problématiques relatives au pilotage.