• Choisissez un site
  • FR

6 juillet : vol Rabat-Madrid

Vol intercontinental retour

Le mois passé au Maroc, sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et sur invitation de l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN) a été rythmé par de nombreuses rencontres et discussions sur le potentiel de l’énergie solaire. Les semaines sont passées très vite, et nous voici déjà en juillet : il est maintenant grand temps pour l’HB-SIA de rentrer.

C’est ainsi que le 6 juillet à l’aube, très précisément à 6h17 (UTC+1), l’avion a quitté le sol africain, destination Madrid. Durant ce parcours d’une durée totale de 17 heures, Bertrand Piccard a traversé le ciel de Tanger, Séville et Tolède.

Au sein du MCC, Christophe Béesau et Stéphane Yong, deux experts Altran. Le système de routage qu’ils ont conçu a été un élément clé dans le succès de ce vol très sensible. Ce fantastique outil de calcul complexe nommé Platoo (Planification Tool) permet de déterminer en temps réel les meilleurs itinéraires à suivre en tenant compte du vent, des nuages, de l’ensoleillement, de la gestion de l’énergie, du relief, du contrôle aérien, etc.

Cette étape difficile Rabat-Madrid, marquée par des vents latéraux soufflant au-dessus de la péninsule ibérique, a été au cœur de l’aventure 2012. La vitesse du vent dépassant celle de l’avion, l’équipe Solar/Altran a fait des prouesses en définissant une trajectoire audacieuse.

Difficile mais fabuleux ! Merci Altran (…). En fait, pour moi, ce fut une partie de plaisir(…) Alors pour qui était-ce difficile ? Pour l’équipe de préparation qui a fait un travail spectaculaire pour trouver, malgré les très forts vents d’altitude, une trajectoire de vol possible : en faisant monter l’avion très au nord afin de le laisser ensuite dériver en marche arrière vers Madrid. Quand je dis préparation de mission, ce n’est pas depuis avant-hier qu’ils préparent ! Mais depuis des années ! (…) Merci les amis ! Vous m’avez ramené entier, mais également heureux !
Bertrand Piccard

Le prototype a ainsi battu successivement deux records de vitesse, un maximum de 157 km/h, puis un minimum de 18 km/h (à reculons !), avant d’atterrir sans incident à l’aéroport de Madrid-Barajas à 23h19 (UTC), le 6 juillet.