Menu
ALTRAN_CEO_1600

SALON
DU BOURGET

"L’industrie
aéronautique est prête
pour la révolution
digitale"

DOMINIQUE CERUTTI
Président-directeur général
du groupe Altran

Édito CEO Dominique Cerutti

L’industrie aéronautique est prête pour la révolution digitale

Avec près de 6 milliards de passagers [1] attendus en 2030 contre 3,7 milliards aujourd’hui, le secteur du transport aérien est à un moment crucial de son histoire. Il doit aussi faire face à des défis multiples : la limitation de l’impact environnemental et du coût énergétique pour les compagnies, l’exigence toujours plus importante de sécurité pour les passagers et les personnels navigants, mais aussi l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché capables de remettre en cause les modèles économiques établis, comme le low-cost et les sociétés de leasing d’avions.

La réponse à ces nouveaux enjeux passe nécessairement par le recours plus important aux nouvelles technologies numériques, qui sont aujourd’hui parvenues à maturité suffisante pour leur déploiement à l’échelle industrielle.
A l’instar d’autres secteurs économiques, l’industrie aéronautique est aujourd’hui prête à faire sa révolution digitale, avec pour objectif de satisfaire l’évolution des demandes des acteurs du transport aérien et de leurs passagers.

 

L’usine 4.0 et le e-commerce au service de la productivité de l’industrie

L’expansion rapide du marché du transport aérien représente un défi pour l’industrie aéronautique en termes de productivité. Selon les estimations du Flight Fleet Forecast 2016-2035, la taille de la flotte commerciale mondiale pourrait ainsi atteindre près de 50 000 appareils en 2035, contre 19 500 aujourd’hui. Alors que les carnets de commandes d’appareils représentent aujourd’hui près de 8 ans de production, la demande croissante fait peser une pression intense sur l’ensemble des acteurs de la filière aéronautique.
Répondre à cet enjeu requiert donc un effort toujours plus soutenu en termes de R&D et d’innovation.

Grâce à la révolution numérique, les solutions techniques généralement désignées par l’appellation d’ « usine 4.0 » sont aujourd’hui disponibles pour accroître la productivité tout au long de la chaîne de production.
C’est par exemple le cas de l’impression 3D qui permet de produire des pièces complexes avec des process maîtrisés en réduisant les délais de réalisation, représentant des économies considérables en termes de temps et de poids,
et permettant de réduire également les déchets matières de manière significative. Le déploiement de cette technologie a déjà commencé notamment chez Altran, qui a pu imprimer en 3D un siège pour les avions de ligne.

L’amélioration globale de la productivité de la chaîne de production passe également par la rationalisation de la gestion des flux et des stocks des différents acteurs de la filière, des sous-traitants jusqu’aux constructeurs aériens. Le déploiement des technologies e-commerce à un usage B to B permet d’accélérer la gestion des inventaires et du flux entre les différents acteurs de la chaîne, et porte de fait des opportunités importantes en matière d’économies de temps et de moyens.

 

Internet des objets et réalité virtuelle : faire évoluer les process et les métiers de l’industrie aéronautique

La révolution digitale n’est pas seulement porteuse d’opportunités pour la productivité de l’industrie, mais également pour la sécurité du transport aérien. Les ateliers de maintenance aéronautique recourent aujourd’hui de plus en plus aux technologies numériques, comme l’Internet des objets par exemple.
Le déploiement de capteurs sur les différentes pièces des avions et leur mise en réseau permet ainsi de renseigner plus vite les équipes sur leur état.
A cette technologie s’ajoute l’utilisation de drones, notamment par Airbus,
qui permettent d’observer l’appareil sous tous les angles et de détecter les problèmes éventuels. En complément de ces nouvelles technologies de surveillance, le recours au big data et aux applications dérivées de l’intelligence artificielle pour automatiser le traitement des données permettront de trouver rapidement des solutions de maintenance.

Au-delà de l’amélioration des processus de l’industrie aéronautique, l’introduction des technologies numériques représente également une opportunité de faire évoluer ses métiers en profondeur.
En matière de conception par exemple, il est désormais possible de faire mieux et plus vite en recourant aux technologies de réalité augmentée. Celles-ci apportent une aide précieuse aux ingénieurs et aux designers qui doivent accroître la capacité des appareils, tout en les rendant plus légers et plus sûrs. L’utilisation de la réalité virtuelle permet ainsi d’ajuster la conception des appareils dans leur moindre détail sans passer par l’étape du prototype.
Une technologie qu’Altran utilise déjà à travers son prototype « Sparkle »,
un dispositif de réalité virtuelle et de capteurs permettant de concevoir une nouvelle unité de production en anticipant les difficultés d’usage et défectuosités futures de l’installation.

Ces différentes technologies, aujourd’hui en phase d’expérimentation, sont à la veille de leur généralisation. La digitalisation de l’aéronautique est un processus appelé à s’accélérer dans les prochaines années, pour s’adapter aux exigences croissantes du marché de l’aviation. L’industrie aéronautique est prête à y répondre, en s’appuyant sur cette culture d’innovation qui lui est propre depuis son commencement, et sur les nouveaux acteurs et les startups qui bousculent les modèles établis et réinventent les métiers de la filière.

 

Dominique Cerutti, Président-directeur général du groupe Altran

 

[1] Chiffre 2030 : estimations de la Fédération nationale de l’aviation marchande

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. - En savoir plus.